Proposition littéraire photographique inspirée par la poésie Le Papillon

d’ Henri Féderic Amiel. Pensée comme un scénario, l'ensemble dévoile une narration sombre totalement dénuée de tout repères spatiaux et temporels. Ici, ce sont les anonymes qui déclinent l'action au fil de la nuit où le regardeur devient le conteur de ces déambulations urbaines en quête de visage. Là, se pose la question de la métamorphose et du désir de l'inconnu.

Projet Européen collaboratif réalisé avec Sébastien Lehembre ( Thésard en sociologie)

Tout repose sur le regard. Le regard que nous portons sur des inconnus dans un pays différent du nôtre, le regard posé sur nous par nos hôtes. L'idée principale est de permettre la rencontre avec d'autres cultures, d'autres habitants de l'espace européens. Il s'agit de faire se rencontrer des individus d'origines différentes, de leur demander de témoigner de leurs vies quotidiennes, via les appareils photographiques jetables, de nous faire partager leurs espaces de vie quotidiens et de les confronter avec nos regards de visiteurs.

Installation immersive, l'Héxaèdre de Balbec interroge la capacité de la photographie à projeter le regard vers un ailleurs. Face à une série photographique, le regardant est invité à regarder l’extérieur. Mais que peut-il voir ? Que cherche-t-il à voir ? C’est en s’approchant de la paroi-photographique qu’il se trouve face à face avec lui-même, face à sa projection sur l’extérieur.

1/6