Nous y somme(s)

Intervention artistique participative intitulée Nous y somme(s) . Cet atelier performance est une réappropriation du site naturel de la Montagne de Frise par la projection d'images d'archives de la 1 ère Guerre Mondiale et de citations du poètes Blaise Cendrars par la méthode du ligth painting stencil. Au cours de déambulations nocturnes, des scènes, des visages issus de cette guerre, reprennent ainsi possession de cet espace. Ces fantômes sont les nouveaux acteurs et décors d'une histoire inédite. 

À vos archives...(hommage à MAI 68)

Intervention artistique protéiforme participative, cet acte est une réappropriation de l’espace public à travers une occupation de la rue par le collage d’affiches réalisées à partir d’archives photographiques de mai 68 (mise à disposition par les habitants de la ville de Drocourt). Chacune est transformée en affiche à la maniére de celles réalisées au cours du mouvement de Mai 68.  Géolocalisable via une application, chacune est liée à son auteur et son histoire par le biais de code QR, le passant peut alors enrichir le contenu en postant d’autres photographies ou commentaires en lien avec l’image d’origine. L’artiste invite les habitants au cours d’une déambulation à coller les affiches réalisées. Un jeu de pistes se créer et permet de (re) découvrir notre environnement de vie.

Figures en Rue

Amiens//Arras

2016 -2017

En amont du festival, des images représentants les figures (ou des formes) marquantes d'un évènement ou de l'histoire de la ville, sont progressivement installées dans l’espace du quotidien des habitants. Chaque espace libre dans la rue devient une plateforme susceptible d’être investis pour « afficher ». Plus qu’une opération de communication, l’intervention artistique Figures en rue interpelle le regard quotidien des usagers de l’urbain, ou seuls la performance et l'histoire permet de réinventer et de se ré-approprier la ville.

L’image emblématique est le résultat d’une mémoire collective massive récoltée à un temps donné. Ce spectacle offert au passant semble s’incruster au fil du temps dans la mémoire de chacun et ressortis des albums souvenirs des uns et des autres. Ces figures fantomatiques apparaissent comme un compagnon médiateur entre les artistes de rue et les spectateurs.